Les biomarqueurs

Les biomarqueurs

Toutes nos cellules communiquent entre elles en envoyant des messages bien précis et caractéristiques à chacunes d'entre elles. Ces messages correspondent à un échange de fragments d'ADN et de protéines. Lorsqu'une cellule est malade, elle envoie un message différent de celui d'une cellule saine : ce message est appelé alors Biomarqueur.

Ces nanoparticules fascinantes vont révolutionner les méthodes de détection des maladies connues jusqu'à présent. Ayant déjà fait leurs preuves avec le virus du H1N1 en 2009 en permettant de détecter le Pathogène, l'identifier et de déterminer la nature du virus en seulement 3h30, face aux tests habituels qui auraient pris environ deux semaines, cette nouvelle méthode se révèle plus que concluante !

Elle s'est d'ailleurs déjà développée aux Etats-Unis, notamment grâce au docteur Tchad Mirkin, de l'université de North Western, qui en a tiré certains avantages. Il créa une plaquette jetable (1) permettant de détecter en UN SEUL TEST plusieurs maladies, leur degré de développement ainsi que le traitement à appliquer. Ce système pourrait s'apparenter à un puzzle grâce à des ligands fixés sur la plaquette.

En effet, il existe un biomarqueur protéinique ainsi qu'un biomarqueur génétique spécifique pour chaque maladie. Le processus de détection consiste à utiliser ces ligands complémentaires aux biomarqueurs comme détecteurs de ces derniers. Ainsi, si l'on dépose un échantillon de sang sur une de ces plaquettes et que cet échantillon contient des cellules maladent, les ligands fixés sur la plaquette agiront comme des récepteurs pour les biomarqueurs des cellules malades. C'est en s'accrochant sur les ligands que les biomarqueurs (2) révèlent la présence de la maladie recherchée.

mon-tage.jpg

 

Cependant, la lecture de ces tests se révèle assez complexe compte tenu de la taille d'une protéine...

Tchad Mirkin a réussit à résoudre cela en utilisant les propriétés des nanoparticules d'or (3). En effet, les nanoparticules d'or ont pour propriété d'émettre un intense rayonnement rouge lorsqu'elles ont une taille inférieure à 100nm ou lorsqu'une réaction biochimique se produit. Par exemple, même une solution très diluée apparait très colorée. En fixant également les ligands sur ces nanoparticules, il est parvenu à créer une sorte de sonde ultra précise permettant la lecture des tests bien plus facile. Le principe est d'introduire ces particules d'or dans l'échantillon à analyser. Si la nano particule parvient à détecter le biomarqueur recherché et qu'elle s'accroche à celui-ci la réaction provoquée par cet accrochage entrainera la luminescence de la partciule d'or (4).

  

Il suffira ensuite de rajouter de nouveaux ligands différents pour augmenter la capacité des machines qui exécutent les tests. Chaque ligand aura pour référence une certaine patologie et sera fixer sur la plaquette ainsi que sur des particules d'or. Le tout serait de pouvoir commercialiser en masse ce type de machine afin qu'elles se répendent dans les hôpitaux et les laboratoires du monde.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens